En-tête

à toi mon souvenir

---

Élisabeth Bing

Il nous a été fait part en 2017 du décès d'Élisabeth Bing, survenu le 27 avril au matin. Elle s’est éteinte dans son sommeil. Tous nos souvenirs les plus sincères à sa famille.

La pensée d'Élisabeth m'habite régulièrement dans l'exercice de mon métier. Chaque fois que je prends une initiative, que j'ouvre une nouvelle direction, ou que je prends un risque par rapport à un texte de participant.e, alors je me recentre sur les fondamentaux transmis pour en évaluer la pertinence. Plus qu'une "formation", ce sont des situations réelles en sa compagnie qui me reviennent en tête. Une fulgurance à propos d'une phrase... Un écho à une émotion de quelqu'un.e... Un sursaut à une attitude d'un groupe... La citation d'un.e tel.le ou d'un.e tel.le... La compagnie de Rimbaud, de Shakespeare, des chercheurs de la modernité en littérature...Ce que je travaille moi-même et me réserve, une certaine manière de se préserver...

Et puis l'inébranlable quête de ce qu'on peut trouver dans un texte écrit par quelqu'un.e en atelier. L'indéfectible traque, naissance, de ce qu'il.elle a voulu faire ou de ce qu'il.elle a voulu dire, et de comment il.elle l'a fait.

Bien souvent je ne sais plus dans mon esprit, dans mon métier, ce qui est à moi, ce qui est à elle, j'en ai fait mon miel, je suis née à ce travail. Et de ce fait l'ensemble est quelque part en sa compagnie, garde une part de goût de son parfum.

Ce qu'elle me transmettait, je le recevais, sans que ç'ait été dit comme ça, outre le travail du texte, le travail de la langue, comme des bases pour une mise au goût de notre époque d'une pédagogie très ancienne, appelée l'enseignement mutuel, d'avant Jules Ferry. Avec ceux qui le souhaitent, nous en œuvrons tous les jours. Merci.

Adieu Élisabeth.

(l'imparfait est ce qui dure encore dans le présent)

---

Françoise Neveu 
contact

---